Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > Jésuites belges et luxembourgeois novateurs > Jésuites Luxembourgeois novateurs > les frères Jean-Guillaume (1594-1636) et Alexandre Wiltheim (1604-1684), Aux (...)

les frères Jean-Guillaume (1594-1636) et Alexandre Wiltheim (1604-1684), Aux sources de l’archéologie luxembourgeoise

14 janvier 2012

On peut dire que le comte Pierre-Ernest de Mansfeld (1517-1604) est à l’origine de l’archéologie au Luxembourg de par la collection impressionnante d’antiquités romaines qu’il réunissait dans son palais de Clausen. C’est là que le goût pour les pierres et monuments anciens est sans doute né dans le cœur de Jean-Guillaume et Alexandre Wiltheim, dont le père était le secrétaire particulier de Mansfeld. Comme il joua un rôle important dans l’établissement des jésuites à Luxembourg et qu’il favorisait grandement ces derniers, nul ne s’étonnera de voir ses fils fréquenter le collège jésuite nouvellement établi dans la ville-forteresse. Dans la foulée, Jean-Guillaume, né en 1594 et Alexandre, né dix ans plus tard allaient rejoindre la Compagnie de Jésus, l’un en 1612 et l’autre en 1625.
Après son retour définitif à Luxembourg en 1629, Jean-Guillaume se met à rédiger un ouvrage d’observation et de recherche sur les antiquités romaines de sa patrie : les Historiae Luxemburgensis Antiquiarium Disquisitionum Partis Primae Libri tres.

Il accompagne ses descriptions de dessins d’excellente qualité, mais sa mort prématurée à l’âge de 40 ans ne lui permet pas de déployer tout son talent et l’ouvrage en reste au stade de manuscrit. Son frère cadet Alexandre reprend son travail, comme le montrent les nombreuses annotations en marge du texte de Jean-Guillaume, et le complète entre 1661 et 1677 pour en faire le premier répertoire archéologique de notre région. Les Luciliburgensia Romana sive Luxemburgum Romanum, qui seront plusieurs fois recopiées, se révèlent d’une valeur documentaire d’autant plus grande que la grande majorité des trouvailles décrites n’existent plus aujourd’hui ou ont été altérées par le temps. Ainsi nous sont parvenus en grande quantité des pierres sculptées et des ruines d’édifices romains, des petits objets de la vie quotidienne à l’époque romaine.

Si la valeur scientifique éminente de ce premier répertoire archéologique de la région a fait la renommée d’Alexandre Wiltheim, ce dernier a été un auteur prolifique. Ainsi rédige-t-il entre 1642 et 1660 un ouvrage important sur l’histoire de l’abbaye S. Maximin de Trèves, les Origines et Annales coenobii D. Maximini. On a pu recenser une quinzaine d’ouvrages historiques ou hagiographiques imprimés de son vivant, et 11 autres après sa mort. Un autre ouvrage, appelé le manuscrit Wiltheim de Baslieux, regroupe une série de 45 dessins archéologiques et un ensemble hétéroclite d’autres documents, dus soit à la main d’Alexandre soit à celle d’autres auteurs inspirés par lui, dont son neveu (Jean-) Nicolas Wiltheim, membre de l’ordre jésuite entre 1651 et 1670/71.

Alexandre Wiltheim devient aussi le 2e titulaire de la chapelle Notre-Dame de Consolation après la mort du P. Brocquart en 1660. Il occupe cette charge jusqu’en 1677 et joue un rôle important pour la reconnaissance de Notre-Dame Consolatrice des Affligés par la ville et le duché de Luxembourg en 1666 et 1678. Quand il meurt à l’âge de 80 ans, on reconnaît en lui un esprit humaniste universel qui a brillé pour ainsi dire dans toutes les disciplines scientifiques de l’époque : archéologie, histoire, musique, littérature gréco-latine, peinture, architecture, optique, mathématiques et mécanique. Sa correspondance avec nombre de scientifiques de renom à travers toute l’Europe révèle la haute estime dans laquelle la plupart de ses contemporains le tenaient à juste raison.

[/Josy Birsens s.j./]

(paru dans Emile HAAG, Une réussite originale. Le Luxembourg au fil des siècles, Luxembourg 2011, p. 195-196)

Bibliographie :

Jean KRIER, Edmont THILL et Raymond WEILLER, Alexandre Wiltheim 1604-1684. Sa vie – Son œuvre – Son siècle, Bilan d’une exposition, Luxembourg 1984 ; Jean-Claude MULLER, La correspondance d’Alexandre Wiltheim s.j., in : Hémecht 36 (1984), 167-232.