Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > ACTUALITES > Pèlerinage de la miséricorde de la communauté Saint-Claude La Colombière et de (...)

Pèlerinage de la miséricorde de la communauté Saint-Claude La Colombière et de la CVX Bruxelles

Basilique de Koekelberg - 17 septembre

13 octobre 2016

Le samedi 17 septembre, la communauté Saint-Claude La Colombière et les équipes CVX de Bruxelles, dont plusieurs pères de la communauté sont les « parrains priants », ont fait ensemble la démarche du jubilé de la miséricorde à la Basilique du Sacré-Cœur à Koekelberg.

Quelque vingt pères de cette communauté et deux ou trois confrères jésuites et une quarantaine de membres des CVX ont franchi ensemble la porte sainte, vécu un temps d’adoration avec possibilité de confession, célébré l’eucharistie et se sont retrouvés enfin autour d’un verre de l’amitié. L’aide des CVX a permis aux pères, même les moins valides, de faire cette démarche d’Église et a donné une consistance bien concrète à la complicité spirituelle qui relie les équipes et les jésuites dans la grande famille ignatienne. Ci-dessous, le résumé de l’homélie du Père Robert Huet, s.j., qui souligne le sens de cette démarche commune.

Jean-Marie Faux, s.j.

Aimer le monde, aimer l’Eglise, aimer la Compagnie
Telle est notre mission, à nous, jésuites de la communauté Saint-Claude La Colombière. En participant aujourd’hui, à cet événement d’Eglise qu’est le jubilé de l’Année sainte de la Miséricorde, nous montrons notre attachement à la vie de l’Eglise universelle. Nous sommes convaincus que l’Amour dont le Seigneur nous demande de témoigner participe à l’Amour universel du Christ, sauveur du genre humain. Nous inscrivons notre démarche dans ce désir d’aimer le monde, d’aimer l’Eglise, d’aimer toujours davantage la mission confiée à la Compagnie.

Aimer le monde
En venant comme tout chrétien passer la porte sainte, j’ai pris conscience que je n’aimais pas assez le monde. Le monde m’agresse et je me défends… et, sous un aspect plus caché, j’entretiens ainsi une forme de haine du monde.
Alors ? Qui suis-je face à la mission confiée par le Seigneur ? Voilà la question que je me pose et que je vous invite à vous poser.

L’évangile de ce dimanche propose à notre réflexion l’image d’un gérant malhonnête. Il agit avec habileté pour son propre compte. Le Seigneur ne prend pas la défense de la malhonnêteté. Il veut nous faire prendre conscience que si nous sommes habiles à défendre nos intérêts humains, nous pourrions être plus sages si nous ouvrions notre cœur pour mieux comprendre la mission qu’il souhaite accomplir par chacun d’entre nous.

Aimer le monde c’est avant tout le recevoir comme un don bienheureux pour tous. Ce regard-là permet de se réconcilier avec le Monde et donc d’annoncer la bonté du Créateur et Seigneur.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas être critique, mais il ne faut pas seulement toujours dénoncer les injustices ; il faut surtout avoir la force humaine et spirituelle d’annoncer la bonne nouvelle de l’Amour.

Aimer le monde demande d’entrer dans l’intention du Créateur, de sentir intérieurement, le désir de Dieu pour le monde d’aujourd’hui. Cela nous entraine à témoigner, au-delà des concepts, de la vérité de la Vie et de ce qui donne la joie de vivre. Porter dans la prière le concret du monde qui nous est confié.

Aimer l’Eglise
Aimer l’Eglise, dans sa faiblesse, c’est nous laisser saisir et habiter par sa force, qui est la force de l’Amour miséricordieux de Dieu dont elle est le témoin. C’est le mystère du chrétien : en lui, par le baptême, se trouve la source de tout Amour vrai et universel.
Accueillir la miséricorde est une attitude du coeur profond, pas seulement la démarche d’un moment. Elle est de toujours à toujours. A nous d’en témoigner en vérité.
La démarche que nous accomplissons ensemble aujourd’hui est une chance pour chacun ; nous vivons ensemble la miséricorde qui nous délivre de toutes nos fermetures. Tandis que nous reconnaissons notre solidarité dans la faute, le Christ vient nous restaurer par la solidarité de l’Amour universel.

Aimer la Compagnie

Commencer par reconnaître que le Seigneur nous a choisis et appelés.
Ce que nous avons pu faire, même parfois très pauvrement, ce n’est pas nous qui le faisions mais le Seigneur lui-même. Reconnaître cette action de Dieu dans nos vies nous rend plus libres pour aimer tous et chacun. Le Seigneur met cette liberté exprimée au service de son Eglise certes mais aussi au service du Monde.
Nous jésuites et CVX, nous sommes heureux de participer à cette mission même si parfois cela nous fait souffrir… Donner notre vie au service de tous nos sœurs et frères humains.

Sœurs et Frères, je rends grâce pour chacun de vous ici présent et j’y associe celles et ceux qui, en esprit et en communion sont aussi avec nous.

Et je vous pose cette question : « Dans notre communauté, dans nos équipes aimons-nous suffisamment le monde et l’Eglise ? » Je vous invite à y réfléchir, à porter cette question dans la prière.

Que l’Esprit Saint nous inspire et nous donne le courage d’agir en conséquence.
Confions à la Vierge Marie notre vrai désir d’aimer comme elle-même les a aimés, le monde et l’Eglise de toujours.

P. Robert Huet, s.j.
Supérieur de la Communauté Saint-Claude La Colombière, Bruxelles

Lire aussi sur ce site :
Maison Saint-Claude La Colombière

Dans cette rubrique

Voir aussi

Dernières News