Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > ACTUALITES > Letter of Fr. John Dardis as President of the Conference of European (...)

Letter of Fr. John Dardis as President of the Conference of European Provincials

9 septembre 2015

Lettre du P. John Dardis comme Président de la Conférence des Provinciaux Européens, au sujet de la Crise actuelle des Réfugiés en Europe et son appel à une réponse de notre part.

Chers Supérieurs Majeurs de l’Europe,
Chers Compagnons et amis,
Nous avons vu les images terribles ces derniers jours au sujet de réfugiés rencontrant la mort en essayant de trouver la sécurité en Europe. La plupart viennent de Syrie, d’Afghanistan et d’autres lieux comme la Somalie et l’Erythrée qui sont en proie à la guerre. Nous somme reconnaissants, au niveau européen, qu’il y ait tant de générosité et de solidarité dans notre tradition, mais malheureusement, cela n’est pas traduit en termes politiques à ce moment. A l’exception d’un ou deux pays, trop de réactions expriment un durcissement d’attitudes, la peur, la fermeture des frontières. La terminologie utilisée, même par des politiciens, peut être extrême et cela n’aide en rien l’opinion publique ou la population, à comprendre la situation pénible dans laquelle se trouvent ces gens, et qu’ils sont, de fait, des réfugiés fuyant pour sauver leur vie. Nous pouvons nous souvenir des années 40, après la deuxième guerre mondiale, quand tant de gens fuyaient guerre et destruction et quand la Convention de Genève pour protéger les réfugiés a été alors élaborée. C’était une faisceau de lumière à l’époque, un signe de solidarité, un signe d’engagement envers la la communauté internationale et un geste de compassion envers ceux que nous savions avoir tellement souffert et dont les souffrances se prolongeaient.

Nos communautés européennes aujourd’hui doivent se rappeler que ces valeurs de solidarité et d’hospitalité sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais. Quand nous comparons les crises de réfugiés du passé, en Asie du Sud-Est ou en Afrique ou celles après la deuxième guerre mondiale, celle que nous expérimentons aujourd’hui leur ressemble. JRS a été fondé par le Père Arrupe comme un geste de consolation et de compassion quand il a vu la détresse des boat people vietnamiens. La détresse de tant de gens aujourd’hui traversant la Méditerranée en bateau, fuyant la guerre, en Syrie particulièrement, touche nos cœurs aujourd’hui. Les Jésuites et ceux qui nous sont proches veulent faire quelque chose à ce sujet et ils veulent voir la Compagnie faire quelque chose aussi.

Nous sommes fiers du travail du JRS en de si nombreuses parties de l’Europe, travaillant d‘arrache-pied pendant tant d’années sur les questions d’accès à la protection, sur la détention et d’autres préoccupations. Maintenant d’autres initiatives sont nécessaires. JRS déjà au travail dans des situations sur la ligne de front, est en train d’examiner une initiative en Grèce, et espère, aussi, initier un projet en Hongrie. J’encourage ces initiatives et je demande qu’on passe à l’action aussi rapidement que possible. Je demande aux Supérieurs Majeurs de soutenir et d’encourager ces nouvelles initiatives par delà les frontières de Provinces et à chacun de vous de donner toute l’assistance qu’ils peuvent. Nous devons agir ensemble solidairement – certaines Provinces plus petites veulent aider mais sont incapables de faire beaucoup toutes seules.
Je remercie Jean-Marie Carrière, le Directeur de JRS- Europe, et son équipe pour le travail qu’ils font et je lui demande de travailler avec les Provinces et les Régions locales pour développer ces nouveaux projets. Sans aucun doute nos efforts sur le terrain seront humbles – nous ne sommes pas une grosse ONG et il n’y a aucune suggestion que nous agissions comme l’une d’elles. Mais de petits projets sous motivation chrétienne peuvent être des signes prophétiques d’une apparition soudaine du Royaume, du redressement des pauvres, de l’accueil de l’étranger, du défi porté au système d’oppression. C’est évidemment ce qui est de mise maintenant – des paroles et des actes prophétiques qui montrent le chemin à suivre à un continent s’efforçant de se remettre et d’exprimer ses valeurs.

Bien que cette lettre fasse référence principalement à la situation courante des réfugiés et au JRS, je désire également reconnaître et inclure le travail fait pour les migrants dans tant de nos provinces et régions à travers l’Europe. Des Jésuites et leurs collègues sont au travail, souvent dans des circonstances très difficiles et avec peu de ressources, au service de migrants qui sont soit arrivés récemment soit déjà installés ici depuis longtemps. Ce travail mérite d’être honoré et soutenu, focalisé comme il est sur des gens que notre société hélas préférerait souvent oublier.
Pas concrets dans la situation actuelle
 J’encourage les Supérieurs Majeurs à considérer comment le mieux soutenir, dans les pays de leur Provinces ou Régions, une politique qui soit humaine, solidaire et ouverte.
 Les Supérieurs peuvent s’il le désirent inviter des scholastiques à se présenter comme volontaires dans un refuge pour réfugiés en guise d’apostolat hebdomadaire.

 Nos écoles pourraient-elles organiser des séminaires de prise de conscience pour enseignants, parents, élèves et dans certains cas, ouvrir leurs portes pour héberger quelques réfugiés ?
 Certaines de nos universités ont des centres pour les droits de l’homme ou pour la migration, ou bien ont des spécialistes de l’enseignement de la doctrine sociale catholique. Nous devons utiliser cette expertise maintenant dans l’analyse de cette situation. Certaines d’entre elles pourraient-elles se réunir, coordonnées peut-être par le JRS, pour réfléchir et planifier leur action ?

 Nos paroisses pourraient-elles organiser un « Dimanche de solidarité » où un réfugié ou un représentant de l’un de nos bureaux du JRS en Europe, est invité à prendre la parole aux Messes ?
 Les Communautés peuvent considérer l’accueil d’une famille de réfugiés. JRS Europe dispose d’une structure « The Projet d’Accueil » pour ceci.
 Les Centres Sociaux et leurs Revues ont déjà fait beaucoup. lls peuvent rendre leur analyse accessible sur leurs sites et remettre en circulation les informations déjà disponibles.
 Je demande au JRS Europe à Bruxelles, aidé par les Bureaux JRS locaux, d’’aider avec des informations pour les journalistes, les paroisses, les écoles, les évêques et les conférences épiscopales. Ceci fait partie de sa mission d’assistance (advocacy). Ceux d’entre vous qui connaissent des journalistes ou des promoteurs d’opinion peuvent se prévaloir de ces informations Le JRS Europe peut également aider pour davantage de déclarations politiques en vue d’engager l’action des décideurs politiques.

Nos ministères de communication comme les portails de la toile, les revues culturelles et pastorales, sont invités à mettre en valeur ce sujet dans leurs media en ligne ou en imprimé, pour rendre disponible toute matière en leur possession et à continuer la mise à jour de leur analyse.

 Chaque Jésuite peut prier en se demandant : Qu’ai-je fait pour le Christ présent dans ces réfugiés ? Que suis-je en train de faire ? Que puis-je faire ?
 Les Jésuites dans nos infirmeries sont spécialement invités à réfléchir et à prier pour les réfugiés – nous avons besoin de leurs prières puisqu’ils ont une mission spéciale de prier pour la Compagnie et l’Église.
Alors que l’asile et la migration sont certainement des sujets complexes, la simple réalité est que, finalement, des gens meurent. A ce moment crucial, nous pouvons et nous devons intervenir. Je remercie un grand nombre d’entre vous qui font déjà tellement.
Les racines chrétiennes de notre Continent.
Il y a eu un débat récemment sur les racines chrétiennes de notre continent. Le moment est venu de montrer que ceci n’est pas seulement un débat sur la langue et la terminologie. Essayons ensemble d’aider notre continent et nos sociétés à avancer, en montrant que nous sommes chrétiens non seulement de nom mais en réalité, en montrant notre amour non seulement en paroles mais en actes. Comme nous approchons de la fête de St Pierre Claver (9 septembre) qui a tant fait pour les esclaves et les personnes marginalisées, demandons, par son intercession, que nos efforts pour ceux qui cherchent un refuge aujourd’hui, soient récompensés et que ces efforts puissent porter des fruits durables.
Sincèrement vôtre,
John Dardis SJ
President, Conférence des Provinciaux Jésuites Européens
Traduction : Jean De Ridder SJ

JRS-Belgium : http://www.jrsbelgium.org/spip.php?article91

Dans cette rubrique

Voir aussi

Dernières News