Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > Jésuites belges et luxembourgeois novateurs > Jésuites Luxembourgeois novateurs > Le P. Jean-Philippe Bettendorff (1625-1698), missionnaire en Amazonie au (...)

Le P. Jean-Philippe Bettendorff (1625-1698), missionnaire en Amazonie au XVIIe siècle

14 janvier 2012

Jean-Philippe Bettendorff naît le 25 août 1625 à Lintgen dans la vallée de l’Alzette luxembourgeoise au sein d’une famille aisée et pieuse. Son père, Matthieu Andreae Bettendorff, était juge de paix et mayeur de la localité sous l’autorité de l’abbaye Saint-Maximin de Trèves.

Bettendorff acquiert une formation humaniste solide entre 1635 et 1647 : il étudie les humanités au collège jésuite de Luxembourg, la philosophie à l’université de Trèves et le droit civil à l’université de Coni au Piémont. En automne 1647, il entre au noviciat jésuite de Tournai à la fin duquel il sera envoyé enseigner dans différents collèges des Pays-Bas espagnols (Douai, Lille, Dinant, Luxembourg, Namur et Huy). Il termine sa formation jésuite par les études de théologie à Douai. Bettendorff parlait couramment le latin, le français, l’allemand, l’italien, le flamand et l’espagnol. Même s’il rêvait, comme beaucoup de jeunes jésuites de son temps, d’être envoyé comme missionnaire en Orient, il est affecté au printemps 1659 à la mission du Maranhão dans l’Amazonie brésilienne, considérée comme l’une des plus difficiles et ingrates.

Peu après son ordination sacerdotale, en automne 1659, Bettendorff se met en route pour le Portugal. Il va y apprendre le portugais et le tupi, la langue amérindienne la plus diffusée en Amérique portugaise. Le 20 janvier 1661, le missionnaire atteint l’Amazonie en compagnie de son confrère luxembourgeois Gaspar Misch ; il va y passer le restant de ses jours. Après une première rencontre avec le supérieur de la mission, le P. Antonio Vieira, les deux missionnaires seront envoyés rapidement dans des avant-postes amazoniens. Très vite, Bettendorff se fait remarquer au milieu du groupe réduit des jésuites du Maranhão et va occuper presque sans interruption entre 1662 et 1693 les charges de recteur de collège, supérieur de la mission et procureur à la cour de Lisbonne. Il devient ainsi la personnalité la plus marquante de la Compagnie de Jésus en Amazonie tout au long des quatre dernières décennies du XVIIe siècle.

Lors de son passage à la cour de Lisbonne en 1684, Bettendorff plaide la cause des Indiens christianisés et obtient le 1er décembre 1686 la promulgation d’une loi-cadre qui garantit la protection de la population indigène des aldeamentos (villages des Indiens catéchumènes et néophytes). Cette loi va fournir le fil rouge pour la politique des autorités portugaises, puis brésiliennes, à l’égard des Amérindiens jusqu’au milieu du XXe siècle. Après son retour, Bettendorff cherche à achever la consolidation du projet jésuite en Amazonie. Sur le plan économique, il soutient énergiquement la production du cacao qui sera pendant longtemps le produit le plus important du Maranhao. Sur le plan politique, il participe de près aux négociations serrées qui conduisent au règlement définitif du statut des aldeamentos, promulgué en 1696 comme Regimento das Missoes. Il s’inscrit ainsi dans la longue liste des théologiens et juristes qui ont défendu le droit des populations indigènes : Las Casas, Acosta, Molina, Nobrega et Vieira. Sur le plan pastoral, le missionnaire luxembourgeois s’engage pour l’introduction d’un règlement interne des missions et d’un catéchisme pratique en 1690, mesures qui permettent l’uniformisation des activités pastorales et la cohésion des missionnaires. Enfin, artiste et architecte doué, il propage aussi le style baroque au moyen de retables et de la construction d’églises, notamment à Belém et Sao Luis.

Le corpus des écrits de Bettendorff comprend une chronique détaillée de la mission du Maranhão (en portugais), un catéchisme bilingue portugais-tupi et une large correspondance officielle avec la curie jésuite de Rome comprenant une cinquantaine de lettres. Le missionnaire luxembourgeois s’éteint à Belém d’une maladie du foie le 5 août 1698.

[/Karl-Heinz Arenz svd/]

Bibliographie

Karl-Heinz ARENZ, De l’Alzette à l’Amazone : Jean-Philippe Bettendorff et les jésuites en Amazonie portugaise (1661-1693), Luxembourg 2008 (Publications de la Section Historique de l’Institut Grand-Ducal de Luxembourg, vol. 120) ; Bodo BOST, Johann Philipp Bettendorf (1625-1698) : erster Jesuitenmissionar am Oberlauf des Amazonas, in : Hémecht. Revue d’histoire luxembourgeoise 57, 2005, p. 55-102.