Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > ACTUALITES > Des jésuites se rassemblent pour un discernement

Des jésuites se rassemblent pour un discernement

31 décembre 2012

L’apostolat de la jeunesse

Une session retraite des 1950+

Les jésuites de Belgique méridionale et du Luxembourg (BML) nés après 1950 se sont réunis fin décembre 2012 à La Pairelle pour un discernement sur l’apostolat de la jeunesse : que demande le Seigneur à la Compagnie en BML à l’égard des jeunes ? Ce fut une belle session retraite pour nous qui avons donné nos vies au Christ pour annoncer son salut : Jésus a vu la faim des jeunes et il est en Personne le vrai Pain, le trésor dont les jeunes ont vraiment besoin. Ces jours ont été des retrouvailles, dans la joie de prier ensemble, de nous entendre.

JPEG - 99.7 ko

Parfois des obstacles nous découragent ; dans l’esprit de Noël, nous nous sommes réjouis de ce qui est là déjà, même si c’est petit. Nous avons rendu grâces dans la joie de valoriser les actions les uns des autres. Servir les jeunes est souvent une joie ; car ils nous communiquent l’espérance et la légèreté, le dynamisme, la gratuité et le sens de la fête auxquels ils aspirent. À travers les jeunes, cette joie nous vient du Seigneur.

Perplexes ou enthousiastes, heureux ou fatigués, les 1950+ forment un groupe d’hommes souvent présents aux frontières, très différents peut-être, mais nous avons été réunis par le Christ et c’est lui, Jésus, notre unité. Notre unité peut être significative aux yeux des jeunes : pour eux, souvent, la famille est un lieu de souffrance ; et s’ils voient que le Christ peut faire l’unité d’un groupe d’hommes aussi divers, ce peut être une source d’espérance. Nos initiatives ou nos actions ne sont-elles pas quelquefois reconnues par les jeunes comme une seconde famille ? Aussi avons-nous perçu l’importance de travailler davantage ensemble, en « amis dans le Seigneur » ; nous comprenons mieux l’appel de Jésus à communiquer davantage entre nous et autour de nous.

JPEG - 93.9 ko

Nous avons perçu l’importance d’être réellement disponibles aux jeunes, de ne pas être tout le temps pressés, d’avoir du temps gratuit pour simplement être avec eux quand l’occasion s’en présente. Dans les liturgies aussi, y ouvrir des temps, des espaces de liberté, permettant aux jeunes de parler à Dieu et de lui dire tout ce qu’ils veulent : leurs joies et leurs plaintes, leurs espérances et leurs éventuels griefs.

Parmi les chantiers encore à poursuivre, l’option préférentielle pour les pauvres, qui est facteur de renouvellement. Comme à travers ce cri d’une jeune d’un collège qui exprimait comme la culture véhiculée par l’institut d’éducation était en décalage par rapport à son vécu : se dépréciant complètement, elle concluait « de toutes façons je ne réussirai jamais ! » La charité de l’Évangile appelle la pédagogie à porter son attention avant tout sur les jeunes les plus défavorisés. Jésus a le cœur brisé devant les jeunes éperdus, en soif d’être compris ; il nous stimule à leur faire confiance, ce qui contribue à les « faire exister ». Les jeunes attendent d’être écoutés mais aussi stimulés : « Plus est en toi ». Nous leur partageons notre découverte de Jésus sauveur et les aidons à discerner Son projet sur eux : ce sera un bonheur pour eux d’être avec Jésus et d’être envoyés par lui pour embellir le monde ; lui les guérit et leur pardonne, toujours bienveillant à leur égard. L’apostolat de la jeunesse ne consiste-t-il pas finalement à dire aux jeunes et leur montrer comme religieux et prêtres que le Seigneur les aime vraiment et quoi qu’il arrive ? Que Dieu nous donne la persévérance de les accompagner sur le chemin de ces découvertes.

Thierry Monfils s.j.

Dans cette rubrique

Voir aussi

Dernières News