Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > Partenaires : La Famille Ignatienne > Congrégations mariales

Congrégations mariales

19 septembre 2015

Un jésuite belge, Jean Leunis (1532-1584), professeur de latin au Collège romain de 1560 à 1564, avait pris l’habitude de rassembler un groupe de ses étudiants pour les engager à une vie spirituelle plus profonde : prière personnelle, dévotion à la Vierge Marie, vie sacramentelle régulière. Il souhaitait les inciter à des « œuvres de charité » dans la ville de Rome. Le groupe se réunissait régulièrement : le soutien et l’aide mutuelle étaient importants. L’initiative était révolutionnaire : pour la première fois on offrait à des non-clercs la possibilité d’approfondir leur foi. On peut toutefois en trouver les racines dans le groupe de laïcs qu’Ignace de Loyola accompagnait comme directeur spirituel et dans les retraites.

En 1578, Claudio Acquaviva, supérieur général de la Compagnie de Jésus, approuva les règles de cette congrégation. Le mouvement fut officiellement reconnu en 1584 par le pape Grégoire XIII. Dans la bulle pontificale Omnipotens Dei, il invita la congrégation de Rome à en être la Prima Primaria, le modèle auquel d’autres groupes devaient s’affilier. Des congrégations se créèrent alors dans de nombreux collèges jésuites partout en Europe. Puis, en 1587, le pape Sixte V publia la bulle Superna Dispositione qui conférait au supérieur général de la Compagnie le droit d’adjoindre à la Prima Primaria de nouveaux groupes (hommes, femmes, prêtres) qui n’étaient pas nécessairement issus des collèges jésuites. Cent ans plus tard, 1 459 congrégations mariales étaient affiliées à la Prima Primaria du Collège romain.

Durant leur histoire quatre fois centenaire, les Congrégations mariales connurent des crises et un sérieux déclin. Au XVIIIe siècle 80 000 personnes y appartenaient. Les Congrégations mariales étaient devenues une affaire de prestige personnel, les actions sociales et caritatives étaient symboliques et une place trop grande était accordée aux dévotions et célébrations de toute sorte. La suppression de la Compagnie de Jésus, entre 1773 et 1814, leur fut également funeste.

(source : Wikipedia)

La CVX est la continuation des congrégations mariales fondées à la fin du XVIe siècle par les Jésuites, refondées en 1952 et réunies en 1967 sous le nom de « Communauté de vie chrétienne ». Ses règles générales ont été approuvées en 1971 puis révisées en 1990, lorsque le Conseil pontifical pour les laïcs lui a conféré le statut d’association internationale de fidèles[2].

Aujourd’hui, ses membres forment de petits groupes qui font partie de plus larges communautés au niveau régional et national, constituant ensemble une communauté mondiale. La CVX est présente dans 59 pays. Elle dispose à Rome d’un secrétariat international.

En Europe, la CVX est présente en Allemagne, Autriche, Belgique flamande, Belgique francophone, Croatie, Espagne, France, Grande-Bretagne, Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Slovénie et Suisse. Depuis 1980, l’équipe de liaison internationale Euro-Team encourage les liens entre ces 18 communautés nationales. (Wikipedia)