Les Jésuites de la Province de Belgique Méridionale et du Luxembourg (BML)

Accueil > Le saviez-vous ? > NOEL 2014. Vœux du Père Provincial

NOEL 2014. Vœux du Père Provincial

12 décembre 2014

PNG - 110.9 ko
Une mère et son enfant venant de la région kurde de Syrie à l’extérieur
de leur tente à Domiz. Camp de 45.000 réfugiés en Irak. Photo : Ned Colt/IRC

À l’approche de la fête de Noël et du passage à une nouvelle année, alors que je me demandais quels vœux je vous adresserais, des images se sont imposées à moi. La photo de cette femme et de son enfant, Kurdes de Syrie, réfugiés dans un camp en Irak, les symbolisent peut-être toutes : les conflits interminables, les colonnes d’exilés et de migrants en tous points du globe, l’écrasement des minorités, les idéologies religieuses meurtrières, les diplomaties frileuses et calculatrices, les fossés grandissant entre ceux qui ont trop et ceux qui n’ont pas assez… Et en même temps, à travers cette femme et son enfant qui s’abandonne sur son épaule ainsi que cette tente dressée, malgré tout, pour les accueillir dans leur exil : contempler aussi la tendresse et le courage de tant d’hommes et de femmes luttant pour sauver leur famille au péril de leur vie ; le travail opiniâtre d’organisations internationales, gouvernementales ou non s’engageant pour offrir accueil, soins, nourriture ; les paroles communes de leaders religieux unis pour dénoncer et appeler à la paix ; les journalistes qui remplissent leur devoir d’information jusqu’à le payer de leur vie…
Dans les Exercices, la contemplation du monde est indissociablement liée à celle de l’Incarnation et lui donne tout son sens et tout son poids. Pour nous aussi, engagés sur des terrains inévitablement situés et délimités, le sens profond de notre vie et de notre action ne peut être donné que situé dans cette contemplation de « toute l’étendue et la circonférence du monde entier » (ES 102). La considération de ce vaste horizon, n’est pas là pour nous écraser, mais bien au contraire pour nous stimuler, pour nous empêcher de nous recroqueviller sur nous-mêmes, sur nos difficultés, sur nos limites ou celles des autres. Comment, je vous le demande, se plaindre ou perdre courage, lorsque notre regard se lève vers tant et tant de situations qui nous demandent – qui nous supplient en quelque sorte– d’être des hommes d’espérance, de paix, de joie, de réconciliation et ce, dans notre mission propre, aussi limitée soit-elle par la tâche qui nous requiert tout entier, par la situation géographique où nous sommes, voire par les faiblesses personnelles, la maladie ou le grand âge.
Puissions-nous en ces jours de Noël prendre le temps de nous laisser toucher par le regard de cet enfant réfugié dans ce camp irakien mais aussi dans les bras de sa mère. A travers lui – et à travers beaucoup d’autres - c’est le regard d’un autre enfant, de Jésus lui-même, qui se pose sur nous et ne cesse de nous convoquer à œuvrer pour un monde de compassion, de justice et de paix.
Je vous souhaite une belle et sainte fête de Noël et, déjà, une très bonne année 2015.
Franck Janin s.j.
Provincial

Dans cette rubrique

Voir aussi

Dernières News